Mémoires et thèses déposés
 

Yannick Legault


Étudiant à la maîtrise en études littéraires
Université du Québec à Montréal
Sous la direction de Daniel Chartier.
yannick.legault@hotmail.com

Titre du mémoire : « Les stratégies de positionnement auctorial dans les romans autobiographiques de Knut Hamsun»

En tant qu'autodidacte et fils de paysans pauvres, Knut Hamsun, auteur norvégien lauréat du prix Nobel de littérature en 1920, a dû redoubler d'ardeur pour faire sa place au sein de la scène littéraire scandinave de la fin du XIXe siècle, alors dominée par un naturalisme outrancièrement bourgeois et utilitaire. Faute de posséder les connaissances et l'aisance sociale d'un Henrik Ibsen ou d'un Bjørnstjerne Bjørnson, figures de proue d'une littérature norvégienne parvenue à se faire connaître dans toute l'Europe, Hamsun a fait le pari de se baser sur sa propre expérience du monde pour fonder une esthétique romanesque qui traduirait mieux la nervosité et le sentiment d'aliénation dont souffrirait le citadin moderne. De cette volonté de révolutionner les lettres norvégiennes est née Faim (1890), une œuvre fortement autobiographique racontant les déboires d'un auteur ayant du mal à se faire publier, et qui, par conséquent, erre dans la capitale, pauvre et sous-alimenté. Mais, bien que grâce à Faim et à quelques œuvres subséquentes (Mystères, Pan et Victoria) Hamsun soit parvenu à se faire un nom et à faire valoir sa conception de la littérature, il a peu à peu fini par se lasser d'explorer l'intériorité de personnages désaxés et fantasques. Méprisant profondément la direction prise par la Norvège dans son processus de modernisation, il a choisi de délaisser la grande subjectivité qui caractérisait jusqu'alors son écriture, au profit de romans à la troisième personne glorifiant la vie paysanne et les valeurs traditionnelles. La transition entre les œuvres des débuts et ces romans d'une facture beaucoup plus classique s'opère essentiellement à travers une série de trois œuvres informellement intitulée «Trilogie du vagabond», constituée de Sous l'étoile d'automne (1906), d'Un vagabond joue en sourdine (1909) et de La dernière joie (1912), où un écrivain célèbre nommé Knut Pedersen — il s'agit du véritable patronyme de Hamsun — raconte sa fuite à la campagne.

Ce n'est certainement pas une coïncidence si à chaque fois que Hamsun a eu à donner une orientation particulière à sa pratique d'écriture, il a opté pour le genre du roman autobiographique, tel que définit par Philippe Gasparini, c'est-à-dire un roman dans lequel plusieurs indices laissent croire que le personnage et l'auteur ne font qu'un, sans toutefois que l'identification soit totale. Conséquemment, le présent mémoire a comme hypothèse de départ que, chez Knut Hamsun, le roman autobiographique sert des fins purement littéraires, le mélange entre le réel et la fiction étant un moyen de discourir sur sa propre situation en tant qu'écrivain, de commenter, à même ses œuvres, son propre rapport à l'écriture et de s'assurer que la réception de ses textes soit conforme à ce qu'il prévoyait. Pour le démontrer, il s'agit, dans un premier temps, d'analyser le parcours de Hamsun et, plus particulièrement, les contextes de production de Faim et de la «Trilogie du vagabond» pour expliquer en quoi le genre du roman autobiographique pouvait l'aider à se positionner en tant qu'auteur. Puis, par l'étude des techniques de narration à la première personne employées par Hamsun, il est question de la trame métalittéraire qui se dégage des œuvres à l'étude, car à travers la façon par laquelle ses personnages racontent leur propre histoire, Hamsun livre un discours étonnamment lucide sur les multiples contradictions constitutives de son rapport à l'écriture. Abordés ainsi, les romans autobiographiques de l'auteur norvégien apparaissent comme de véritables clés de voûtes susceptibles d'éclairer une conception de la littérature en constante évolution.

Après avoir complété un baccalauréat en études littéraires à l'Université du Québec à Montréal en 2013, Yannick Legault a entrepris une maîtrise en études littéraires, sous la direction de Daniel Chartier, à la même université. Ses principaux champs d'intérêts sont la littérature scandinave et l'imaginaire du Nord. Il est membre-étudiant du CRILCQ et assistant de recherche au Laboratoire international d'étude multidisciplinaire comparée des représentations du Nord.