Auteur(e)s

Recueil de poésie aïnou traduit du japonais

 

C’était l’automne

le 20 octobre

1933 (an 8 de l’ère Shôwa).

D’étranges

bruits

m’ont tiré

de mon long sommeil de trente ans.

 

Le bruissement du vent?

Non, c’est autre chose. […]

Moi […]

j’ai cru que c’était le rite de passage

pour entrer

au pays des morts.

Pendant une centaine d’années, des universitaires ont exhumé, profané, transporté, étudié et conservé aux fins de «recherches scientifiques» les restes ancestraux d’Aïnous. On estime que plus de 1 600 personnes ont ainsi été à titre posthume victimes de ce programme. La présente œuvre poétique témoigne de la douleur causée par le colonialisme dont ont été victimes les Autochtones, mais aussi des limites de l’ouverture du monde: aujourd’hui encore on retrouve à Sapporo un bâtiment lugubre où sont conservés, «retenus prisonniers», comme l’écrit Dobashi Yoshimi, les restes de son ancêtre Penriuk, grand chef aïnou.

Avec une présentation de Daniel Chartier, une introduction de Jeffry Gayman, une préface de Hanazaki Kôhei et une chronologie de Lucien-Laurent Clercq. Traduit du japonais par Etienne Lehoux-Jobin.


Dobashi Yoshimi, Penriuk et sa douleur. Ossements aïnous retenus prisonniers, Québec, Presses de l'Université du Québec, coll. «Jardin de givre», 2023, 248 p. Traduit du japonais par Etienne Lehoux-Jobin.

ISBN 978-2-7605-5789-5


Pour mieux comprendre la littérature aïnoue

Conférence de Lucien-Laurent Clercq, «Une autre autochtonie littéraire venue du Japon: la littérature aïnoue», 2023, 71 min.