Auteur(e)s

Traduction en inuktitut d'un conte groenlandais sur les changements climatiques

Les langues autochtones sont un formidable réservoir d’idées et de concepts qui peuvent aider l’humanité à trouver des manières durables d’interagir avec le reste du monde vivant, et ainsi trouver une voie pour survivre. Sila, Sedna et nunatémoignent par leur complexité de la richesse et de l’unité des cultures inuites autour du pôle. Ces concepts liés, difficilement traduisibles dans les langues occidentales, ramènent les humains au sein d’un tout où ils n’occupent plus le centre du monde. Nuna, la territorialité ; sila, la source de tout mouvement et de tout changement ; Sedna, la mère de la mer, cœur d’une mythologie et d’une cosmogonie incroyablement étendues et adaptée aux temps nouveaux, comme le démontre le présent « conte sur les changements climatiques » écrit par la Groenlandaise Lana Hansen.

Tulugaq est un garçon ordinaire — sauf qu'il peut voler (Tulugaq signifie «corbeau» en groenlandais). Il est le seul espoir du monde dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il est envoyé dans une quête pour sauver les humains d'eux-mêmes. Sila est une fable contemporaine et non conventionnelle, avec une volonté claire de lier les mythes et traditions inuits à la situation climatique actuelle.

La traduction de ce conte de la Groenlandaise Lana Hansen est l'une des premières traductions littéraires entre deux langues inuites, ici du groenlandais à l’inuktitut.

Publié avec l'Institut culturel Avataq.

 Sila français

Il existe aussi une traduction en français de ce livre, publié par les Presses de l'Université du Québec dans la collection «Jardin de givre».


Lana Hansen, ᓯᓚ. ᑲᓛᓪᓖᑦ ᐅᓂᒃᑳᑐᐊᖓ ᓯᓚᕐᔪᐊᒥ ᓯᓚᐅᑉ ᐊᓯᔾᔨᐸᓪᓕᐊᓂᖓᓄᐊᖓᔪᖅ, avec une présentation de Lisa Qiluqqi Koperqualuk, une introduction de Daniel Chartier et des dessins de Georg Olsen. Traduit en inuktitut par Lisa Qiluqqi Koperqualuk, Montréal, Imaginaire | Nord et Inukjuak, Institut culturel Avataq, 2020, 64p.

ISBN 978-2-921644-17-4