Diane Gauthier

Diane Gauthier

Étudiant(e)s des cycles supérieurs
Programme d'étude
Doctorat en études littéraires
Université
Université du Québec à Montréal
Titre du mémoire et/ou de la thèse

«Le polar islandais : sa réception et son influence dans la représentation du monde nordique»

Sous la direction de

Doctorat en études littéraires sur les romans policiers islandais

C’est une réflexion sur le roman policier islandais que je compte entreprendre en m’arrêtant sur le rôle qu’occupe l’espace dans sa réception. On entend l’espace comme le lieu du récit, c’est-à- dire en tenant compte non seulement de sa géographie, mais aussi de sa portée symbolique au sein de l’imaginaire du lecteur. L’altérité joue un rôle important dans la représentation et dans la mise en place de l’intrigue du roman policier. En raison de l’altérité de son espace, le roman policier islandais s’avèrera fort utile dans l’analyse de la représentation du monde nordique. De plus, puisque les romans policiers islandais sont des best-sellers, ils peuvent avoir une influence sur un plus grand nombre de lecteurs et ainsi nous permettre d’avoir une idée plus générale de leur réception.

Cette altérité qui nous confronte dans le roman policier islandais présente plusieurs facettes. D’abord, la singularité de la géographie de l’Islande offre un décor de choix pour les intrigues policières, mais aussi elle se distingue des autres pays nordiques de plusieurs façons. Les failles des champs de lave, les crevasses des glaciers, les falaises et les régions géothermiques s’avèrent être des terrains propices aux disparitions, aux dissimulations, aux énigmes à résoudre. Son paysage nordique avec la neige, le vent et ses tempêtes ainsi que la mer qui l’entoure nourrissent également l’imaginaire du lecteur. De plus, l’Islande est en quelque sorte la frontière entre l’Europe et l’Amérique. En effet, la faille entre les plaques tectoniques américaine et eurasienne la traverse. Aussi, bien que l’Islande fasse partie de l’Europe sur le plan politique, c’est l’armée étatsunienne qui a assuré son intégrité territoriale pendant de nombreuses années. Cette frontière influence-t-elle le peuple islandais sur les plans culturel et sociologique ? Joue-t-elle un rôle dans l’émergence du polar islandais ? Comment expliquer qu’un pays ayant l’un des taux de criminalité les plus bas au monde produise autant de romans policiers ?

Afin d’avoir une vue d’ensemble sur le sujet, j’ai choisi un corpus d’auteurs islandais féminin et masculin ainsi que quelques romans français ayant l’Islande comme décor. Les romans d’Arnaldur Indriðason et d’Árni Thórarinsson me permettront d’aborder l’ambiance particulière du roman policier de cette île nordique où le fantastique s’invite, entre autres, par plusieurs références aux mythes et aux légendes de la culture islandaise. L’analyse des romans de Ragnar Jónasson soulignera l’importance de l’espace et de l’isolement et permettra également d’avoir accès à la perspective d’un personnage féminin singulier, enquêtrice au sein de la police de Reykjavik. L’œuvre d’Yrsa Sigurđardóttir, quant à elle, fera découvrir la perspective socio-culturelle avec le personnage de Freyja, psychologue pour enfants. Ces quatre auteurs assureront un point de vuefaçonnée à l’intérieur de la société islandaise. La représentation de cette société au-delà de ses frontières pourra être aborder avec les deux auteurs français Ian Manook et Fred Vargas. Ils ont écrit quelques romans policiers qui se déroulent en Islande et nous permettront ainsi d’avoir accès à une création élaborée à l’extérieure de ses frontières.